Le cancer du sein est relativement bien connu étant donné que c’est le cancer le plus fréquent et qu’il touche actuellement 1 femme sur 9. Mais le connaît- on vraiment? N’existe-il pas de mythes autour de cette maladie? Les deux co-fondatrices du projet WomanFace ont décidé de tester leurs connaissances sur le sujet et de faire tomber les mythes! Si vous n’avez pas vu cette vidéo, la voici! Pour vous apporter plus de précision sur ce vrai ou faux, nous avons décidé de reprendre les questions en article histoire de donner des explications pour chacune! 

Il n’y a aucun lien entre cancer du sein et cancer de l’ovaire. 

Faux. Il existe bel et bien un lien entre ces deux types de cancer dans le cas où l’hérédité rentre en compte. Les mutations des gènes BRCA1 et BRCA2 augmentent le risque de développer un cancer du sein mais aussi des ovaires.  

Toute grosseur à un sein est synonyme de cancer. 

Faux! Une grosseur à un sein ne veut pas nécessairement dire tumeur cancéreuse. Il peut en effet s’agir d’un simple kyste, de fibroadénome ou encore de calcifications. Nous vous conseillons tout de même d’aller consulter un généraliste si vous sentez une grosseur au niveau de votre poitrine afin de vous assurer que tout est ok! 

La mammographie est une méthode de prévention du cancer du sein. 

Faux! Il s’agit d’une méthode de dépistage et non pas de prévention. 

La prévention sert à diminuer le risque de développer un cancer. Notamment en adoptant un mode de vie plus sain. C’est le fait de ne pas fumer, d’éviter de manger trop gras ou trop sucré, d’avoir une alimentation équilibrée et variée, de faire du sport, d’éviter l’alcool ou encore de mettre de la protection solaire quand le soleil montre le bout de son nez. 

Le dépistage quant à lui sert à la détection précoce d’un cancer. A l’inverse de la prévention, le but n’est pas d’éviter la maladie mais d’augmenter les chances de survie grâce à une prise en charge précoce.  Le dépistage passe par le repérage de toute anomalie signalant la présence possible d’une tumeur cancéreuse chez une personne a priori bien portante. 

Pour éviter le cancer du sein, il faut faut manger des « superaliments ».

Faux! Les superaliments n’existent pas! Manger du brocoli, des graines de chia ou encore des baies de goji ne diminue pas le risque de développer un cancer. Cependant, nous ne pouvons que vous conseiller d’opter pour une alimentation équilibrée. 

L’alcool augmente le risque de développement de certains cancers parmi lesquels celui du sein chez la femme.

Vrai! Certaines recherches ont montré que l’alcool (éthanol) est une substance cancérigène capable d’altérer l’ADN. Les scientifiques cherchent encore à comprendre en quoi l’alcool est un facteur prédisposant au cancer du sein. Cependant certaines études démontrent tout de même qu’une consommation régulière augmenterait les risques d’environ 10%. 

Avoir recours à une fécondation in vitro augmente le risque de cancer du sein.

Faux! Les traitements utilisés pour la stimulation ovarienne nécessaire à la fécondation in vitro (FIV) n’induisent pas de risque plus élevé de cancer du sein selon une étude parue dans Journal of the Amercian Medical Association (JAMA). Certains avaient, en effet, émis des craintes suite à la nécessité d’augmenter le taux d’œstrogène et de progestérone pour réaliser les FIV. 

2018, 147 hommes ont eu le cancer du sein pour 10.905 femmes

Faux! Le chiffre exacte est de 104 hommes

Le 3e stade du cancer du sein correspond au stade métastatique.

Faux! Le cancer métastatique correspond au stade 4. Le cancer s’est alors propagé à d’autres organes du corps, le plus souvent les os, les poumons, le foie ou le cerveau. Ces tumeurs se développant à distance sont appelées métastases

La diminution du risque pour les femmes les plus actives par rapport aux moins actives est estimée à environ 18 %. 

Faux! La diminution du risque pour les femmes les plus actives par rapport aux moins actives est estimée à environ 20 %.

La pilule réduit le risque de cancer du sein.

Faux! Une prise précoce (peu après le début de la puberté) et/ou prolongée de la pilule augmenterait légèrement le risque de cancer du sein. Mais ceci n’est valable que pour les pilules avec une haute concentration d’œstrogènes. 

Laisser un commentaire