Moins de 50% des femmes qui subissent une mastectomie réalisent une reconstruction mammaire. Ce chiffre peut s’expliquer par le fait qu’elles ne sont pas assez informées sur les différentes techniques et qu’elles ne veulent plus se rendre à l’hôpital. Nous pouvons vous aider en ce qui concerne la première raison. Vous pouvez déjà retrouver sur notre site un article intitulé « Tout savoir sur la reconstruction mammaire ». Ici, nous vous présentons les différentes techniques sur la reconstruction de plaque aréolo-mamelonnaire (nommée régulièrement PAM).

Tout d’abord un petit peu de lexique :

  • PAM : plaque aréolo-mamelonnaire, ce qui reprend le mamelon (appelé couramment le téton) et l’aréole mammaire.
  • Aréole controlatérale : aréole située sur l’autre sein si vous n’avez pas subi une mastectomie bilatérale.  
  • Greffe controlatérale : greffe réalisée à partir du prélèvement de l’autre sein.

La greffe 

Pour reconstruire l’aréole 

1. Le chirurgien peut prélever de la peau du pli de l’aine (intérieure de la cuisse) qui se trouve être de couleur plus foncée naturellement.

Son plus : Cette intervention n’est pas douloureuse et le résultat est très naturel grâce à son relief.

Son moins : Cette technique ne permet pas d’obtenir une aréole très foncée. Un tatouage peut cependant être réalisé par-dessus pour une meilleure coloration.

2. Le chirurgien peut prélever la moitié périphérique de l’aréole controlatérale et la greffer sur le nouveau sein afin de former une nouvelle aréole.

Son plus : permet de garder la même couleur que l’aréole de base.

Son moins : doit être suffisamment large pour permettre le prélèvement.

Pour reconstruire le mamelon 

1. Greffe controlatérale: Le chirurgien peut prélever la moitié du mamelon de l’autre sein et le greffer sur le sein reconstruit.

Son plus : n’entraine aucune diminution de la sensibilité, ni de cicatrice sur le sein qui est prélevé. Permet un relief et un visuel naturel.

Son moins : Besoin que le mamelon qui sera prélevé à moitié soit suffisamment « étendu».

2. Les lambeaux locaux: le chirurgien peut aussi créer une sorte de nœud avec la peau du nouveau sein pour former un relief et créer un mamelon.

Son plus : La cicatrice sera alors cachée sous la greffe de peau ou le tatouage formant la nouvelle aréole.  

Son moins :  Ce nœud devra être tatoué pour avoir une couleur semblable à l’autre mamelon.

Peu importe la méthode choisie, l’intervention ne sera pas douloureuse et se déroulera sous une anesthésie locale pour une durée d’environ 30 minutes. Elle sera généralement remboursée par la mutuelle.  Remarque : il est recommandé de ne pas fumer le mois avant et après l’intervention pour garantir plus de chance à la greffe.

Le tatouage 

Que ce soit pour reconstruire l’aréole ou le mamelon ou même encore les deux, les femmes peuvent passer par le tatouage 3D pour cette reconstruction. Les résultats sont spectaculaires, un trompe l’œil bluffant !

Florence, une spécialiste en la matière vous présente ici les différentes techniques de tatouage 3D de reconstruction du mamelon.

Dermopigmentation 

« Une dermopigmentation est réalisée grâce à des encres dites labiles, celles-ci ont donc une durée de vie limitée dans le temps. »

Les plus : « La dermopigmentation n’est pas définitive, elle permet un « retour en arrière » assez facile bien qu’il restera toujours des marques. C’est un réel plus pour celles qui ne sont pas certaines de faire ce choix. Une retouche est à faire après quelques mois et est à recommencer annuellement. »

Image dermopigmentation estompéeLes moins : « Passage après passage, la dermopigmentation abîme les tissus déjà fragilisés par les différents traitements et la reconstruction. A savoir que les tissus peuvent aussi dire « stop », et dans ce cas plus aucune pigmentation n’est possible. Il est donc important de respecter ceux-ci, leur vécu et de pouvoir apporter une solution brève et efficace.

La dermopigmentation est une pratique de plus en plus courante chez les esthéticiennes et la formation est assez courte (quelques jours au plus). »

Cette technique peut être réalisée aussi par le chirurgien esthétique lors de la reconstruction de la PAM. La première intervention sera remboursée. Cependant, les retouches qui devront être faites par la suite seront généralement à vos frais.

Tatouage 3D 

Ses Plus : » Il est définitif. Il n’y a donc pas de retouches à faire après seulement quelques mois. En effet, le tatouage ne nécessite qu’une seule séance pour obtenir le résultat escompté. Il permet de ne pas abîmer davantage les tissus, année après année, passage après passage…. Dans le but de mettre un point final à la maladie, le tatouage est la meilleure solution. Tant au niveau physique que psychologique, il permet de tourner la page sans demander des retouches dans le temps. »

Ses moins : « En Belgique, il n’existe pas d’école de tatouage ou même de formation. C’est un art qui se transmet par un maître tatoueur après un long apprentissage. Tant au niveau dessin qu’au niveau pigmentation de la peau, une maîtrise parfaite est demandée. Le tatouage ne permet pas l’erreur, le « retour en arrière » est plus complexe il est donc très important de s’adresser à un/une tatoueur/tatoueuse qualifié(e). »

A l’heure actuelle, le tatouage n’est pas remboursé sauf sous certaines conditions. Florence a été reconnue par l’assurance complémentaire DKV et permet un remboursement de 50%. Nous espérons que les mutuelles suivent le mouvement.  Le prix est de 400 € pour un mamelon et de 700 € pour les deux.

Crédit photo : Dermo repair 

Prothèse de mamelon 

Prothèse de mamelon

Il existe aussi des prothèses de mamelon que vous pouvez « coller » sur le sein grâce à un adhésif médical résistant.

Son plus : solution qui est immédiate, pas d’intervention chirurgicale.

Son moins : peut ne pas être suffisant pour tourner concrètement la page après la maladie.

Les prix sont très variés en fonction de qualité, ça peut aller de 20 à 200 euros.

Crédit photo : par pink perfect 

Florence (Dermo repair) & l’équipe WomanFace

Article validé par une chirurgienne esthétique

Laisser un commentaire