Une des missions de WomanFace est de lever les tabous qui tournent autour du cancer du sein /de la maladie. A nos yeux, il est primordial de libérer la parole et de faire en sorte que les personnes malades se sentent bien dans leur peau et qu’elles soient libres d’aborder n’importe quel sujet qui les touchent. 

Cancer .. Le mot à ne pas dire  

Oser dire qu’on a un cancer n’est pas une étape facile pour celui ou celle qui vient d’être diagnostiqué(e). Pourquoi? Parce que dans notre société, le mot “cancer” est tabou. Il est directement associé à la mort, et la plupart du temps, la mort est un sujet qu’on évite. Valérie Sugg explique dans son livre : “Cancer : l’accompagnement” que « ce qui contribue au tabou du cancer, c’est le fait que ce soit une maladie potentiellement mortelle. Dans cette société qui rêve d’immortalité, le fait de rappeler que, oui, on peut mourir, c’est quelque chose d’insupportable. Oser exprimer ses souffrances, ses angoisses de mort, devient tabou. Du coup, on n’en parle plus. »

On ne dit pas qu’on a un cancer car on ne veut pas que les gens nous plaignent ou nous voient déjà morts

 ”Chuuuuttt! Ne parle pas de la maladie…” Comme si le mot cancer était devenu un gros mort et que nous risquons d’être tous contaminés

Comme nous savons que la société n’est pas prête à l’entendre, on n’en parle tout simplement pas, que ce soit dans la vie privée ou dans la vie professionnelle.

 “ Le premier tabou, c’est de ne pas le dire. J’ai rencontré des femmes qui me disaient : “Au boulot, j’ai prétendu être en arrêt pour dépression. Impossible de dire que j’ai un cancer”

En s’interdisant de mettre des mots sur le sujet ou d’en informer son entourage, les malades doivent subir une double peine:  celle du cancer en tant que tel et celle de devoir gérer seuls toutes leurs émotions, leurs inquiétudes et leurs peurs. Alors osons en parler, haut et fort. Malades comme proches. De la sorte, les langues se délieront. 

Si vous ne vous en sentez pas encore capable, prenez le temps qu’il vous faut et tournez-vous vers des personnes qualifiées comme un psychologue. 

Sexe et cancer … il est temps d’oser en parler! 

Depuis les dernières années, nous commençons (enfin) à libérer la parole sur la sexualité (même si cela reste encore un sujet relativement tabou). Cependant, une fois qu’on ose associer, les mots cancer et sexe dans la même phrase, cela gène, voire dérange. Pourtant, c’est quelque chose d’agréable et qui peut aider au bien-être. 

De manière générale, certains traitements contre le cancer peuvent créer une perte de libido, une sécheresse vaginale, sans compter tous les autres effets secondaires (nausée, fatigue, mal partout) qui peuvent aussi jouer sur l’envie ou la capacité à avoir des relations intimes. Les femmes peuvent aussi ne plus se sentir désirables par la perte de leurs cheveux et, dans le cas du cancer du sein, par la perte d’un ou deux seins. Les traitements d’hormonothérapie peuvent également entraver la sexualité et créer un atrophie vaginale, par exemple. Les oncologues et le personnel médical prennent rarement le temps d’expliquer en quoi le cancer va chambouler la vie sexuelle de leur patiente. Pourtant certaines petites choses peuvent être facilement mises en place. N’hésitez donc pas à provoquer la discussion! 

Une poitrine… à cacher 

La perte d’un ou deux sein(s), en entier ou en partie est une véritable épreuve lors des traitements. En plus de devoir gérer leurs propres émotions et le bouleversement que cela engendre en tant que femme, elles doivent aussi gérer le regard de la société. 

Cacher ce sein que je ne saurais voir”, voilà ce que dit encore cette société. 

Évidemment nous ne pouvons parler  au nom de toutes les femmes. Mais nous pensons ne pas nous tromper en affirmant qu’elles peuvent parfois  se sentir gênées, voire même honteuses par cette nouvelle vision qu’elles peuvent avoir d’elles-mêmes. Elles privilégient des pulls qui remontent fort pour ne rien laisser paraître. Et si elles décident de mettre un petit haut, elles ont  droit à des regards qui les mettent mal à l’aise ou à des remarques telles que : “ On voit ta cicatrice, tu ferais mieux d’aller changer de fringue non?”. 

Alors, vous ne pouvez vous imaginer notre sourire lorsqu’on voit des photos de femmes amazones qui osent poser nues. Elles affichent et rendent normal ce que la société nous dit de cacher. 

Nous ne voulons pas vous pousser à poser nue, loin de là. Notre but est d’informer les gens qui ne savent pas qu’une ablation existe, ainsi que d’éduquer ceux qui savent mais qui la trouvent disgracieuse. Aucune femme ne devrait a avoir à gérer le regard de la société en plus de son propre regard. Se réapproprier son image est déjà assez difficile. Alors cassons les tabous! 

Parler, montrer, informer permet de déconstruire les clichés . Et déconstruire les clichés permet de mieux vivre la maladie. 

Nous aimerions écrire un article plus approfondi sur la thématique du cancer et de la sexualité, ainsi qu’un article sur le tabou du cancer au travail. Si vous aussi vous voulez libérer la parole et lever les tabous contacter nous à contact@womanface.be pour qu’on en discute!  

Laisser un commentaire