WomanFace en est encore à ses débuts, restez attentives, du nouveau contenu arrive bientôt !

Vous n’êtes pas encore convaincue des bénéfices que peut vous apporter la pratique d’une activité physique ? Laissez-nous vous en dire plus !

Tout d’abord, qu’entend-on par activité physique ?

On pourrait penser qu’il faut courir un marathon ou faire 3 km de natation par jour pour dire qu’on pratique une activité physique régulière ! Mais laissons tomber ces stéréotypes. Une marche quotidienne d’une demi-heure est déjà considérée comme une activité physique, au même titre que de monter et descendre vos escaliers, faire le ménage et toutes les autres actions quotidiennes !

Mais reprendre le sport sous traitement, c’est compliqué…

Effectivement, le cancer et les traitements peuvent rendre difficile une bonne pratique du sport. La reprise peut d’ailleurs être effrayante ! Mais il y a toujours des solutions. Connaissez-vous l’APA ? Il s’agit de l’activité physique adaptée. Elle permet aux personnes ayant des besoins spécifiques de (re)pratiquer une activité sportive qu’ils n’auraient pas pu envisager dans des conditions dites ordinaires. En d’autres mots, c’est la possibilité de pratiquer une activité physique adaptée aux capacités et besoins de chacun, spécialement pour les personnes atteintes de maladies diverses ou d’un handicap.

Mais pourquoi reprendre une activité physique ?

Il s’avère que 60% à 90% des personnes suivant un traitement contre le cancer ressentent une lourde fatigue. Celle-ci peut être physique mais aussi morale et peser sur le quotidien en général en vous rendant la vie pénible. Même après les traitements, cette fatigue peut persister : c’est le cas pour environ 30% des personnes concernées par la maladie.

Une des conséquences de cette fatigue est son effet boule de neige :  elle entraine encore et toujours plus de fatigue. En effet, quand on ressent cet épuisement, on a qu’une seule envie, c’est de s’allonger dans son lit ou devant la télévision du salon pour se reposer. C’est bien là que réside tout le problème : moins on fait d’efforts, moins notre corps veut en faire. Tout devient alors difficile : monter les escaliers, faire ses courses, jouer avec ses enfants… Ces activités du quotidien semblent ainsi très pénibles physiquement.

Mais ceci n’est pas irréversible ! En effet, l’activité physique peut palier d’une part à cette fatigue en cassant ce cercle vicieux et d’autre part peut vous redonner du peps et de la bonne humeur ! Et oui, le sport peut vous apporter la joie et le bien-être qui manquent à votre quotidien !

Les bénéfices d’une activité physique ne s’arrêtent pas là ! On peut citer entre autres :

  • Augmentation des chances de réussite du traitement
  • Diminution de certains effets secondaires
  • Diminution de l’anxiété, du stress
  • Reprise de la confiance en soi

A plus long terme, on peut même parler d’une diminution du risque de récidives.

Comment s’y prendre ?

Il est tout à fait possible de pratiquer cette activité physique seule, mais pour la reprise nous vous conseillons de demander l’avis d’un professionnel du sport (comme un personal trainer ou encore un kinésithérapeute spécialisé). Il pourra d’une part vous assurer une certaine sécurité avec ses conseils avisés de spécialiste et, d’autre part, vous motiver ! Il existe aussi de nombreux blogs et chaines YouTube dédiés spécialement à cette pratique qui pourront vous inspirer.

Enfin, notez que le sport n’est pas uniquement une activité individuelle. Si vous ressentez une certaine solitude, vous pouvez rejoindre un groupe de sport collectif ! Cela vous permettra de rencontrer des gens motivés tout comme vous et peut-être de sortir d’un certain « isolement ».

Concrètement…

Votre reprise doit être RASP, c’est-à-dire

  • Régulière: on entend par là pratiquer 150 minutes de sport par semaine réparties sur plusieurs jours. Idéalement, il s’agit de trois à quatre séances hebdomadaires. L’activité peut bien sûr être modérée !
  • Adaptée : en fonction de vos besoins et capacités ! (Voir l’APA)
  • Sécurisante: privilégiez une reprise avec une personne qualifiée qui vous permettra d’avoir les bons gestes !
  • Progressive: pas après pas, étapes après étapes, ne vous pressez pas ! Il vaut mieux progresser à votre rythme plutôt que de vous blesser.

Quelles instances peuvent m’aider à rependre une APA ?

D’une part, pensez à demander conseil à votre médecin traitant ou à votre oncologue afin de savoir quel pratique d’activité physique est recommandée pour vous. Demandez ensuite aux membres du personnel de l’hôpital s’il existe un programme de revalidation prévu auquel vous pourriez participer. Généralement, une équipe de kinés sera mise à votre disposition.

N’hésitez pas non plus à faire appel à votre mutuelle et/ou assurance hospitalisation pour voir si vous bénéficiez d’une intervention financière dans le cas où le programme serait payant.

Néanmoins, les hôpitaux ne sont pas les seuls à pouvoir vous aider. Votre médecin pourra certainement vous indiquer où trouver de l’APA dans votre région, mais vous pouvez également fouiller sur internet et en parler autour de vous.

Si vous désirez plus d’infos, n’hésitez pas à appeler CancerInfo au 0800 15 801 et à vous renseigner auprès de votre milieu médical !

Pour terminer, n’oubliez pas que cette activité doit être un moment que vous vous consacrez, à vous et à votre corps ! Prenez le temps de la faire. Prenez le temps de vous investir dans votre bien-être !

L’équipe WomanFace

Sources : Fondation contre le cancer, IRMBS, Immunooncology

Laisser un commentaire

Fermer le menu