Qui dit fêtes, dit sapin, cotillons et maquillage ! Comment le réussir surtout quand la peau a souffert suite aux traitements ?

Je vous explique pas à pas comment procéder pour avoir un teint frais et lumineux… suivez le guide !

Dissimuler la fatigue

Pour dissimuler les signes de fatigue et les cernes, on utilise un correcteur/anti-cernes, légèrement plus clair que la peau. On l’applique par petits tapotements délicats sous les yeux, sur les imperfections et les rougeurs.

Unifier le teint

Pour unifier le teint, rien de tel que le fond de teint ou la crème teintée dont la couleur correspond parfaitement à celle de votre carnation. On dépose une noisette de produit sur le dos de la main pour le réchauffer puis on l’étale sur le visage à l’aide d’une éponge, d’un pinceau ou aux doigts. On étire de la partie médiane (nez-front-menton) vers l’extérieur.

Pour matifier le teint, on dépose un voile de poudre libre translucide au gros pinceau sur l’ensemble du visage.

Une mine radieuse

Pour une mine radieuse et réveiller les reliefs naturels du teint, on fait appel au blush. Comment l’appliquer ? On sourit à son miroir et on dépose le blush sur la partie bombée de la joue. On estompe vers les tempes puis on descend le long des mâchoires (on dessine un « 3 » en quelque sorte). Quelle couleur ? On choisit une teinte universelle presque imperceptible : le pêche qui va pratiquement à tout le monde et qui camoufle la coloration jaune que peut prendre le teint suite aux traitements. On évite le blush « bois de rose » si la peau présente des rougeurs.

A RETENIR :

AVANT de commencer le maquillage, je pense à hydrater ma peau.

Je fais attention à l’HYGIENE (je pense à laver mes pinceaux 1 fois/semaine) et aux COMPOSANTS présents dans certains cosmétiques (je privilégie les produits pour peaux sensibles et intolérantes).

Marie Gilson, socio-esthéticienne               

(sources : soscancerdusein.org ; madmoizelle.com)

Laisser un commentaire