C’est le IT accessoire de la saison. En tissu, jetable, fait main…. On ne parle plus que de lui : le masque de protection. Dans cet article, je vous présente la nouvelle routine beauté COVID-19 !

Qu’il soit conseillé ou obligatoire, le port du masque n’est pas sans conséquence sur notre peau. Il entrave la bonne oxygénation du cerveau et des tissus en nous empêchant de respirer correctement. L’expiration chargée de CO2 provoque des maux de tête, de la fatigue et acidifie le sang. De plus, il semblerait que nous soyons moins enclins à nous désaltérer une fois le masque en place, et de ce fait, la déshydratation nous guette.

Quels gestes adopter pour éviter l’impact du masque sur notre peau ?

La peau 

La peau du visage n’est pas habituée d’être ainsi mise sous cloche. De ce fait, notre épiderme réagit : plus de boutons, d’acné et de sébum pour les peaux à tendance grasse ou à l’inverse, davantage de tiraillements et de rougeurs pour les peaux sensibles et sèches. On met donc une priorité à hydrater son visage matin et soir et de soigner le contour de l’œil. On applique aussi une protection solaire (SPF 15 au minimum).

On évite les crèmes épaisses pour privilégier celles aux textures fluides. Si la peau a besoin de plus, on ajoute un masque hydratant à notre routine.

Le fond de teint 

Vais-je devoir enlever mon masque en cours de journée ?

Si OUI, on adapte son maquillage en optant pour des formules no-transfer et des maquillages « poudre » (blush, poudre libre) qu’on applique avant de se démasquer.

Si NON, on n’encombre pas les pores du visage inutilement et on laisse sa peau nue.

Quoi qu’il en soit, on choisit une texture aérienne et on l’utilise avec parcimonie seulement là on s’est nécessaire pour couvrir les irrégularités en transparence et en légèreté.

Le rouge à lèvres

Le masque qui nous protège à tendance à dessécher les lèvres. Il faut donc les bichonner le soir au coucher en appliquant un baume pour la nuit.

Si le masque est porté en intermittence, on applique le rouge à lèvre juste avant le retrait. Pour être dans les tons de la saison, et selon l’effet recherché, on choisit du rose, du corail, du rouge ou du nude. L’important est d’éviter le transfert de la couleur sur le masque !

La solution ? Une formule longue tenue et l’utilisation d’un crayon à lèvres pour prolonger la tenue de la couleur.

Les yeux

Les grands gagnants, ce sont eux ! Plein feu sur le regard que l’on peut sublimer de différentes façons :

Fards à paupières traditionnels : on choisit les teintes universelles dont le rose pour faire pétiller le regard ou on travaille en harmonie avec la couleur du masque ;

Eye liner plus marqué que d’habitude ;

Smoky modéré qui tranche avec un masque uni.

Ici aussi la texture a son importance, on privilégie des ombres longue tenue et un eye liner résistant à l’eau (water resistant). Ces produits sont bien utiles en cas de transpiration ou de buée dans les lunettes.

On évite cependant le mascara waterproof qui est difficile à démaquiller, ce qui risque de faire tomber les cils déjà fragilisés par les traitements !

Les sourcils

Maquillage ou pas, on brosse et on dessine la ligne des sourcils. Regard souligné et coup de frais garanti à la partie visible du visage.

Mon truc en plus : pour illuminer et rehausser le teint, on applique une poudre bonne mine par petites touches sur les tempes et le haut du front avec un gros pinceau.

Bon à savoir : le démaquillage quotidien est indispensable pour assainir et apaiser la peau car le climat chaud et humide, provoqué par le masque, favorise la prolifération des bactéries. ATTENTION: il faut éviter le nettoyage à l’eau car celle-ci est plus chlorée en raison de la présence du coronavirus.

Petite astuce : contre les irritations derrière les oreilles dues au frottement des élastiques, on applique un peu de crème hydratante avant d’enfiler son masque et le tour est joué !

Continuez à prendre soin de vous !

 

Marie Gilson, socio-ésthéticienne

Laisser un commentaire