WomanFace en est encore à ses débuts, restez attentives, du nouveau contenu arrive bientôt !

Vous trouvez votre visage terne, blanchâtre ? Des cernes sont venus faire amis-amis avec vos beaux yeux ? Des tâches prennent leurs aises sur votre peau ? Malheureusement, les traitements laissent des marques sur le visage. Mais pas de panique, nous avons rassemblé pleins de conseils et astuces pour vous venir en aide et vous redonner bonne mine !

Première étape : le démaquillage

Les traitements provoquent une déshydratation et une sécheresse sévère de la peau. Il est donc fortement recommandé de bannir les produits contenant des agents desséchants comme l’alcool ou encore le parfum. Un autre de ces agents, qu’on a souvent tendance à oublier, est le calcaire. L’eau du robinet sur votre visage, si elle n’est pas décalcarisée, est donc à éviter !

En vous nettoyant le visage au lavabo ou même en sortant de la douche, n’hésitez pas à utiliser un lait démaquillant ou encore un dermo-nettoyant. Il enlèvera le calcaire de votre peau et l’hydratera par la même occasion ! Malgré que le rôle premier d’un démaquillant soit, comme son nom l’indique, de se démaquiller, il vous servira aussi à préserver votre peau de cette sècheresse.

Ne négligeons cependant pas son rôle premier. Enlever votre maquillage et les impuretés que vous pouvez avoir sur le visage est nécessaire à sa protection.

Voici nos conseils pour avoir les bons gestes :

Utilisez une lotion démaquillante douce. Massez délicatement votre visage de cette lotion en utilisant le bout de vos doigts en mouvement circulaire. Ensuite, retirez-la délicatement avec un coton.

Vous pouvez alors vous attaquer au contour de vos yeux. La chimio les rendant très vulnérables, ils ne peuvent pas être nettoyés en même temps que le reste de votre visage. Il est nécessaire d’y faire plus attention.

Prenez un coton et déposez-y la lotion. Posez-le quelques secondes sur votre paupière. Ensuite, bougez le coton en partant de l’extérieur de l’œil pour aller vers l’intérieur (base du nez). Enlevez le coton et changez-le pour un nouveau. Recommencez les différentes étapes jusqu’à ce que vous soyez totalement démaquillée.

Deuxième étape : l’hydratation 

Après s’être correctement lavé la peau, il est primordial de bien l’hydrater. Privilégiez une crème pour peau sensible. Appliquez-la délicatement sur vos joues, front, nez et menton. Comme pour le démaquillant, il est nécessaire de porter une attention particulière aux contours de vos yeux. Privilégiez une crème adaptée et appliquez-la avec votre annulaire. Selon la sécheresse de votre peau, vous pouvez appliquer cette crème plusieurs fois par jour.

Troisième étape : le maquillage

Vous pouvez bien entendu vous maquiller. N’hésitez pas à contacter une esthéticienne pour avoir des conseils personnalisés. Il existe d’ailleurs des socio-esthéticiennes qui ont suivi une formation spécialisée pour venir en aide aux personnes en souffrance. Elles pratiquent le plus souvent dans des hôpitaux. Renseignez-vous à ce sujet auprès du personnel médical qui vous entoure.

Nous vous donnerons cependant quelques conseils généraux :

    • Utilisez un stick de correction à base de pigments verts pour cacher vos rougeurs. Ce stick est très facile à manier : déposez une petite quantité du liquide aux endroit des rougeurs et tapotez légèrement.
    • Utilisez un fond de teint de la même teinte que votre carnation et privilégiez le satiné. Il mettra votre teint et visage en valeur ! Il s’applique après la pose du stick correcteur.
    • Utilisez un anti-cernes d’une teinte légèrement plus claire que celle de votre fond de teint pour apporter de la luminosité à votre visage. Demandez conseil à la vendeuse ou à une spécialiste. L’anti-cernes se dépose par-dessus le fond de teint et non l’inverse ! Et surtout, n’oubliez pas de bien l’estomper à l’aide d’un pinceau ou de vos doigts.
    • Enfin, le blush est votre ami « bonne mine » ! Il en existe en poudre mais aussi en stick et en crème. Utilisez un pinceau pour le déposer sur vos pommettes. Souriez durant sa pose (et même après, c’est bon pour le moral !). Déposez-le en faisant un mouvement en arc de cercle sur vos pommettes jusqu’à vos tempes.

Une étape transversale : s’informer

Si vous avez un doute sur l’utilisation autorisée d’un produit pendant et même après vos traitements, n’hésitez pas à poser la question aux infirmières ou à votre oncologue ! Les chimios ne sont pas les mêmes pour tout le monde, et seul le personnel médical pourra répondre à vos questions sur l’utilisation autorisée ou non d’un produit cosmétique.  Vous informer est donc aussi une étape à part entière.

Prendre soin de soi est aussi bon pour le corps que pour l’esprit. Nous pourrions parler d’un effet boule de neige positif ! On commence par prendre du temps pour soi, se chouchouter, apporter un peu de douceur à notre visage, se faire belle et on finit par se sentir mieux !

L’équipe WomanFace

Sources :

La fondation contre le cancer,

Kaatje De Coninck – Vivre avec le cancer du sein. Le combat, pendant et après la maladie [think pink]

Laisser un commentaire

Fermer le menu