Lors du premier article (que je vous conseille d’aller lire), j’ai posé le contexte et mis en avant des faits relatifs à l’alimentation pendant les traitements. J’y parle des questions que vous pouvez vous poser, de dénutrition, de perte de poids, etc !

Dans ce deuxième article, je répondrai essentiellement à la question : « comment faire pour réussir à (bien) manger ? ». Encore une fois, rien de tel que des conseils adaptés à votre cas particulier, mais voilà néanmoins quelques pistes pour vous aider à y voir plus clair.

En quelques points :

– Eau et boissons non sucrées à volonté (eau plate, pétillante, eau aromatisée avec des fruits frais, des plantes aromatiques, des tisanes et autres infusions) : entre 1.5 à 2l par jour.

– Les légumes, les fruits et les céréales (complètes de préférence) constituent la base d’une alimentation équilibrée. Les recommandations 2020 préconisent, au minimum, 300g de légumes et 250g de fruits par jour, de préférence variés et de saison. Les féculents (pain, pomme de terre, pâtes, riz, quinoa, blé, …) sont à consommer à chaque repas. Un minimum de 125g de céréales complètes par jour est préconisé.

– Produits laitiers (lait, fromage, yaourt, …) et/ou alternatives végétales enrichies en calcium (boissons au soja, noisette, amande, avoine, riz, millet, épeautre, …) : 250 à 500ml de lait ou équivalents végétaux enrichis en calcium par jour ou, par exemple, un verre de lait, un yaourt et un morceau de fromage par jour.

– Viandes, volailles, poissons, œufs, légumineuses (pois chiches, haricots secs, lentilles, …), alternatives végétales (tofu, seitan, tempeh, burger de soja, …) : présence de ce groupe d’aliments 1x/jour au repas complet. Poissons et crustacés à consommer 1 à 2 fois par semaine, légumineuses minimum 1x/semaine, viande rouge à limiter un maximum (300g/semaine).

Quid des protéines ? Faut-il augmenter son apport lorsqu’on suit un traitement pour le cancer ?

Oui, les besoins en calories et en protéines sont majorés pendant cette période MAIS la consommation habituelle dans nos régions occidentales est déjà souvent trop haute.

Par exemple, les besoins pour un adulte de 70kg sont de :

  • 90g de viande ou volaille ou poisson ou œufs ou légumineuses ou alternatives végétales par jour – dans le cadre d’une alimentation saine, en dehors d’un traitement oncologique.
  • 140g de viande ou volaille ou poisson ou œufs ou légumineuses ou alternatives végétales par jour – dans le cadre d’un traitement oncologique.

– Les matières grasses ajoutées sont à consommer modérément, en variant leur source. De préférence, favorisez les matières grasses d’origine végétale pour leur meilleure qualité. Il n’existe pas UNE huile parfaite. Par exemple, l’huile d’olive contient des acides gras oméga 9 et 6, mais ne contient pas d’acides gras oméga 3. Il est intéressant d’utiliser certaines huiles riches en oméga 3 pour les préparations froides (ne se chauffent pas), telles que l’huile de lin, de caméline, de noix, de colza.

– Les fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes, pistaches, …) et les graines : 15 à 25g par jour.

– Les aliments et boissons « non indispensables », tels que les viandes transformées, les aliments transformés gras et/ou sucrés et/ou salés, les boissons sucrées et alcoolisées, … sont à limiter en fréquence et en quantité.

A ces recommandations alimentaires s’ajoute celle de l’activité physique : 30 minutes d’activités par jour, comme la marche par exemple. Comme pour chacune des recommandations, il est important de partir de ce que vous faites et de tendre, à votre rythme, vers un objectif réaliste et donc réalisable, qui peut se maintenir sur le long terme. Encore une fois, l’importance d’un conseil individuel est capitale. Le meilleur moyen de se dépenser est de le faire en faisant ce que vous aimez.

Un dernier article peut vous intéresser. J’y donne mes conseils si vous avez une perte d’appétit ou si vous êtes immunodéprimé(e) !

Jessy Theisman, diététicienne

Laisser un commentaire