En maquillage, certaines (mauvaises) habitudes peuvent être fatales ! Découvrez nos astuces pour réaliser un maquillage des yeux parfait et pour ne plus répéter ces petites erreurs qui altèrent le regard ou qui vous font ressembler à un panda.

Attention cependant à ne pas fragiliser cette zone bien souvent déjà abîmée par les traitements. Si l’intérieur de l’œil est trop sec, on s’abstient de tout maquillage !

1. Ne pas confondre anticernes et highlighter: le premier est nécessaire pour camoufler les cernes disgracieux. De texture crémeuse, il s’applique à l’aide d’un pinceau (mousse) ou d’une éponge et doit être proche de la couleur de la carnation … sinon bonjour l’effet masque de ski !

Le second – highlighter ou illuminateur – sert à illuminer les zones du visage où la lumière se reflète naturellement : sous le sourcil, sur le haut des pommettes, sur l’arête du nez (s’arrêter avec la pointe sous peine de briller comme une prune !) et sur l’arc de cupidon (creux juste au-dessus des lèvres).

2. Pour souligner le regard en l’absence de cils/sourcils : le trait d’eyeliner. Si vous ne maîtrisez pas cette technique à base d’encre (oui, l’eyeliner est tout un art!), optez pour un crayon (ou khôl) qui permet un tracé fin au ras des cils supérieurs. Ayez la main légère : un trait trop épais rétrécit les yeux et durcit considérablement le regard. Le Khôl s’applique aussi au ras des cils inférieurs pour renforcer le regard sans l’alourdir.

ATTENTION :  celui-ci ne s’utilise en aucun cas sur la muqueuse (c’est-à-dire à l’intérieur de l’œil) pour éviter tout risque d’allergie d’une part mais aussi parce que ce geste rétrécit les yeux.

3. En raison du manque de pilosité autour du visage et des yeux en particulier, il est préférable de ne pas opter pour des ombres à paupières trop voyantes. On choisira donc des tons pastels ou « nude » pour un maquillage des plus naturels.

4. L’erreur fatale : choisir un fard à paupières de la même couleur que celle de ses yeux ! Cela éteint le regard au lieu de le réveiller.

Si j’ai les yeux marrons, j’ai de la chance car toutes les couleurs me vont mais j’ai une préférence pour : le gris anthracite, le violet sombre, le vert forêt, le kaki et les cuivrés-dorés. On évite les teintes trop claires sauf au coin interne de l’œil.

Si j’ai les yeux verts, je choisis : le lilas, le rose, le marron-doux, le gris perle, l’abricot ou le taupe (l’idéal étant que la couleur choisie contienne une pointe de rouge car c’est précisément ce ton qui va mettre l’iris vert en valeur).

Si j’ai les yeux bleus, ma couleur complémentaire est l’orange. Certes pas la plus aisée à porter au quotidien mais les choix sont nombreux : corail doux, pêche et couleurs pastel pour l’été ainsi que les dégradés de taupe. Pour l’hiver, on choisit des tons plus soutenus : le noir, le gris, le brun et le violet.

La règle d’or à répéter (souvent) et à retenir (surtout) : les contraires s’attirent !

5. Pour transformer votre maquillage de jour en maquillage de soirée, il suffit simplement d’intensifier les fards et de les rehausser de paillettes au besoin (à utiliser avec précaution afin d’éviter d’en mettre par accident dans les yeux).

A proscrire absolument : le smoky eye (œil charbonneux) qui, sur un teint bistre (jaunâtre) et en présence de cernes fort marqués, va donner l’effet d’un œil au beurre noir.

6. Pour souligner les sourcils peu fournis, il est primordial de les redessiner à l’aide d’un crayon (le plus facile à utiliser) pour garder le regard le plus naturel possible. Il est essentiel de choisir la teinte équivalente à celle des sourcils d’origine, faute de quoi le regard sera durci et le visage vieilli.

7. En ce qui concerne le démaquillage, il est indispensable ! Afin de protéger au maximum la zone fragile du contour de l’œil, on privilégie un démaquillant doux et non-waterproof et on effectue des gestes légers (voir Conseil de Marie #3 ).

 

Marie Gilson, socio-esthéticienne 

Sources d’inspiration : www.corporelle.fr ; www.mariefrance.fr ; m.fr.feelunique.com ; aufeminin.com

Laisser un commentaire